ACCES RAPIDE
Accès rapide :
RECHERCHE

Accueil > Nos domaines > Ecrits sur le cinéma > ALBERA François / TORTAJADA Maria • CINÉ-DISPOSITIFS

Ecrits sur le cinéma


ALBERA François / TORTAJADA Maria • CINÉ-DISPOSITIFS


ALBERA François / TORTAJADA Maria • CINÉ-DISPOSITIFS
34.00 €
10/2011 384 p. 978-2-8251-4187-8


 Ciné-dispositifs. Spectacles – cinéma – télévision – littérature entreprend de « faire le point » sur la question des dispositifs de vision et d’audition : de l’émergence de la notion dans le champ des études cinématographiques (à la fin des années 1960) à l’usage plus restreint, plus technique et descriptif qui lui a succédé et à celui, à l’inverse, d’une tout autre ampleur qu’a élaboré, parallèle­ment, Michel Foucault à partir de Surveiller et punir, comme à son « déplace­ment », enfin, en littérature, dans l’art (l’installation en particulier).

Mais Ciné-dispositifs entend aussi confronter des approches et surtout des perspectives dans le contexte de la généralisation des nouvelles technologies, de l’ère numérique et de l’apparition de nouvelles approches théoriques de ces phénomènes, de nouveaux modèles de connaissance généralement situées dans le champ des médias. En 1972 « le dispositif » était lié à un modèle de cinéma et de film correspondant à l’âge « classique » du médium. Les théoriciens du « dis­positif » entendaient déconstruire l’effet-cinéma en s’intéressant au spectateur, à la place qui lui est assignée, au rapport projectif qui est le sien avec l’écran. Cependant les études historiques sur le cinéma des vingt premières années ont fait apparaître un autre modèle de cinéma et de film qui a rendu attentif à une diversité des modalités spectatorielles. Le contexte des nouvelles technologies a encore déplacé les frontières et les espaces du « cinéma ». La séquence (non achevée) des recherches sur le « cinéma des premiers temps » a sans aucun doute préparé les chercheurs à appréhender la situation présente, car, cela a été dit plus d’une fois, elle offre plus d’un trait en commun avec celle des débuts du cinéma (hétérogénéité, intermédialité, attractionnisme, caractère « non fini », variabilité dans la réception, etc.). Mais les processus de remédiation, les transferts technologiques ou de modélisation d’un média à l’autre, les nou­veaux partages et les différentes inclusions réciproques dessinent une nouvelle cartographie à laquelle doit se mesurer l’approche « en dispositifs » : loin de la rendre caduque, elle lui assigne de se complexifier à son tour et d’élaborer ses analyses et ses méthodes.

Venus des États-Unis, du Québec, des Pays-Bas, de France et de Suisse au gré d’un colloque colloque et de conférences organisée à l’Université de Lau­sanne entre 2008 et 2011, les contributeurs de Ciné-dispositifs proposent ici une programmatique des dispositifs, une réflexion sur leur problématique et des investigations historiques, des études concrèt


Quantité  

Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet